Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mam'aParis

Sans regrets

24 Avril 2013 , Rédigé par Mam'aParis

Sans regrets

Au gré des publications facebook, je suis tombée sur cet article de presse que certains connaissent peut-être qui retranscrit les regrets principaux émis par des personnes en fin de vie. Une psychologue qui les a accompagnés relate ceux-ci : regret d'avoir trop travaillé et peu profité de sa famille, d'avoir mené une vie en fonction des autres, d'avoir coupé les ponts avec ses amis, de ne pas avoir exprimé ses sentiments.

La maladie fait prendre conscience de la liberté que nous avions, en bonne santé.

Je suis en bonne santé. Mon fils et mon fiancé aussi. En quelques mots je réalise que nous ne savons pas à quel point nous sommes libres.

Certes, notre société est en crise, on fait avec les moyens financier que l'on a...mais quand même, on est libres non?

Plus tard, dans très très longtemps, dans 1 million de dodos je regretterais peut-être...

Mon fils d'avoir été travailler après mon congé mat, de ne pas t'avoir regardé dormir toutes les nuits, de ne t'avoir connu qu'à partir de mes 26 ans, d'avoir eu peur les premiers jours de ta vie, d'avoir été en colère et impatiente parfois envers toi, de n'avoir pas su prendre tous tes sourires en photo, de ne pas avoir gardé ta main dans la mienne tous les jours...

Mon amour de ne pas te l'avoir dit tous les jours, d'avoir oublié à la naissance de notre enfant que nous sommes aussi un couple, que te tenir la main quand il est encore temps c'est juste bien, d'avoir râlé quand j'aurais juste pu aimer, d'avoir stressé pour organiser notre mariage, d'avoir oublié de me laisser porter par ce que la vie a su me donner en te mettant sur mon chemin...

Sans parler des futilités, des boules au ventre qui ne servent à rien, du miroir qui nous renvoie une autre image, des gens qu'on écoute alors qu'ils parlent pour ne rien dire.

Regretter de ne pas avoir compris que l'on peut s'enfuir quand on veut de cette vie de dingue, du boulot, du métro, pour une fugue sans retour, car ma maison c'est vous deux, mon chez moi c'est vos bras.

getty images

Partager cet article

Commenter cet article

Mam'aParis 01/05/2013 22:36

Oui pas toujours facile! Mais essayer de se le dire de temps en temps ça dénoue bien des soucis qu'on se crée au quotidien! :-)

Vicky 01/05/2013 22:02

Il faut toujours prendre le temps de réaliser le bonheur qui nous entoure et de relativiser les tracas du quotidien. Même si ce n'est pas facile :-)

nellya2004@hotmail.fr 27/04/2013 12:02

Carpediem!

Mam'aParis 26/04/2013 10:54

Merci ça me fait plaisir de voir que ça peut parler à d'autres :)

FleurDeMenthe 26/04/2013 10:42

Très touchant comme billet !