Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mam'aParis

Un jour pas comme les autres

28 Août 2013 , Rédigé par Mam'aParis Publié dans #Humeur

Un jour pas comme les autres

Aujourd’hui c’est un jour pas comme les autres. Une année de plus vers la quarantaine, encore de belles années devant soi. Tu me dis : « si j’entends encore quelqu’un se plaindre d’avoir 30 ans je crois que je vais hurler ! C’est vraiment des vieux cons avant l’âge non ? »

Toi tu ne te plains pas de cette année de plus. De tes 31 ans. Tu es toujours toi, solaire, lumineuse et tellement souriante. Tu ris. Ce rire en cascade.

Je te dis : « qu’est-ce que tu veux faire aujourd’hui ? C’est ton jour tu choisis ! »

Tu ne sais pas trop, on te propose une fête, des copines veulent sortir, faire garder leurs mioches pour l’occasion. Tu préfères que tout le monde vienne chez toi, dans ton appart sous les toits, tes tentures de toutes les couleurs, les poufs désorganisés déposés ça et là au milieu de la pièce. Des poteries et des tapis qui viennent du monde entier, la plupart d’Afrique, d’Inde, ton dernier voyage. Des photos accrochées partout, tes bouts de vie : la danse, la musique, le théâtre. Le tout mis en image par cette passion si forte toujours centrale : la photographie.

J’arrive chez toi et il y a des feuilles dans tous les coins, des bouts de papiers griffonnés, des piles de courrier qui montent jusqu’au plafond. C’est normal tu me diras pour une prof de lettres.

« Mes élèves pensent que je suis folle. Faut dire que je me moque d’eux tout le temps, mais c’est tellement drôle ils sont si susceptibles ! ». Tu clignes des yeux. Tu enlèves tes lunettes que tu cales dans tes cheveux. Tu n’es pas folle tu es bohème. Avec tes boucles et tes grandes robes de toutes les couleurs, tes tâches de rousseurs qui disent merde à tous les fonds de teint.

On mange des choses étonnantes, qui s’attrapent avec les doigts. Tu souffles des bougies, tu ris, tu plaisantes. Il y a du monde autour de toi. Parmi tes amis masculins certains te regardent avec insistance mais tu ne les vois même pas.

« Un mec ça sert à quoi ? Je veux être libre ! C’est bon j’ai bien le temps de me caser je suis encore jeune». Tu es vraiment sincère, ce n’est pas une position feinte. La liberté c’est ton credo. Je n’ai jamais eu ce courage là. J’ai toujours voulu des bras ouverts sur moi. Toi tu cours, tu tapes, tu t’enfuis. Et tu ris.

Tu te moques de ma sagesse. Ah oui je suis risible à être tout le temps la plus sérieuse, la casse-délire. Paraît que je songe à vraiment me caser officiellement. Une histoire pas intéressante, que j’entretiens depuis des années et tu me le fais remarquer frontalement. Au fond de moi je le sais. Je t’écoute comme toujours. J’enverrai paître ce mec ennuyeux d’ici quelques jours, c’est prévu. J’ai le temps moi aussi. De me tromper et de recommencer. Je n’ai que 27 ans.

Et je partirai en octobre avec toi. Juste toi et moi. C’est d’ailleurs ton cadeau d’anniversaire. Un billet d’avion vers une destination encore inconnue. J’ai tellement hâte que tu l’ouvres. De voir tes yeux verts pétiller.

Aujourd’hui tu aurais eu 31 ans.

Si j'entends encore quelqu'un se plaindre d'avoir un an de plus, je crois que je vais hurler.

Crédit photo : Jordan Shaw

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Commenter cet article

Mam'aParis 29/08/2013 12:53

Merci :) un besoin d'imaginer et de "et si". Chose que je ne fais jamais. Imaginer que ma vie aurait été différente m'aide à me dire que j'ai vécu de belles choses par ailleurs. Bisous Caro

Caroline P. 28/08/2013 21:36

C'est tres beau ma belle